Lavage systématique des mains, vérification de la température corporelle, enregistrement des passants à destination ou en provenance de l’Ouganda… C’est le quotidien des agents du programme national de l’hygiène aux frontières (PNHF) impliqués dans la prévention de la maladie Ebola.
Mais le superviseur national de la riposte contre #Ebola basé à Kasindi, Wamy Billy, explique qu’il y a parfois une sorte de résistance d’une catégorie de la population. Plutôt une sorte de lassitude chez les passants.
« Nous sommes à la frontière, il y a des gens qui font des va-et-vient à plusieurs reprises. C’est à ce moment qu’il y a parfois des résistances. Néanmoins, au premier passage, ils se lavent les mains », explique M. Wamy Billy.
Selon lui, ce sont des jeunes qui, pour la plupart, affiche ce comportement. M. Wamy Billy annonce des séances de sensibilisation de masse pour renforcer la prévention de la maladie à virus Ebola.
De l’autre côté de la frontière, en Ouganda, des efforts sont également fournis dans le cadre de la prévention de la maladie à virus Ebola. Là aussi, des cas de résistance sont signalés. Mais les responsables ne baissent pas les bras.

Share This Story !