Beni : Des habitants de #Mulekera veulent une maitrise du mouvement des personnes pour arrêter #Ebola

Ce mercredi, les conducteurs des motos-taxis du parking de #Ndeke et quelques habitants de la commune de #Mulekera (#Beni) regroupés dans une séance de club d’écoute ont commenté les activités de la réponse à la maladie à virus #Ebola et formulé des recommandations, qui de leur point de vue, devraient permettre de mettre fin définitivement à cette épidémie.

Lors de la rencontre, chacun des participants a donné son point de vue par rapport à la résurgence des cas d’#Ebola dans cette partie de la ville de #Beni. Pour un conducteur de moto-taxi, l’on devrait arrêter les mouvements de population entre les zones encore fortement touchées et les zones déjà stabilisées afin de briser la chaîne de contamination du virus.

« Je souhaite qu’on coupe les mouvements entre #Lwemba et #Beni pour qu’#Ebola ne nous arrive plus. Ça pourrait beaucoup nous aider. #Ebola vient des différentes zones comme l’#Ituri et nous trouve ici à #Beni, il vient de #Butembo et nous trouve à #Beni (…). Il faut qu’on interrompe la relation entre nous ici à #Beni et d’autres zones qui enregistrent plusieurs cas d’#Ebola », estime ce taximan.

Pour un autre participant il est impossible de suspendre les mouvements des populations entres les différentes villes à cause de « l’interdépendance » des communautés de différentes régions.

« Arrêter le mouvement de la population est impossible. C’est la province de l’#Ituri qui alimente #Beni, #Butembo et #Kasindi », a-t-il dit avant d’insister sur l’importance de signaler la présence de tous les visiteurs aux chefs de base pour être enregistrés.

Persuadé par l’intervention de ses collègues, un autre taximan a, à cette occasion, formulée cette recommandation : « je voudrais que les équipes de la riposte nous cherchent de bons dispositifs. (…) Aider nous, prenez d’autres stratégies ».

A l’issue de cette rencontre, les participants ont sollicité plus de discussion de proximité de ce genre pour s’informer sur la maladie à virus #Ebola.

Share This Story !