#Bundji : Un centre de transit « intégré » pour rapprocher la communauté des soins de santé

Ce jeudi 28 février, un centre de transit dit « intégré » et un bâtiment abritant des services de maternité ont été remis aux habitants de l’aire de santé de #Bundji par l’ONG Alliance pour l’Action Médicale Internationale (ALIMA). Les échantillons des suspects y seront prélevés avant un éventuel transfert au centre de transit CT.

C’est à la demande de la communauté de ce quartier situé à environ quatre kilomètres que ce centre de transit intégré et le bâtiment abritant la maternité ont été construits par ALIMA. A l’occasion de la remise, le médecin chef de zone de #Beni, le Dr Michel Tosalisana, a fait savoir que ces structures viennent « rapprocher la population des services de soins ».

« C’est un centre de transit décentralisé qui rapproche les soins de la communauté. Au lieu que le malade aille directement au centre de transit, il a cette fois la chance d’être soigné près de sa communauté. Là, on doit prendre en charge le suspect, on va effectuer des prélèvements. Si les prélèvements s’évèrent négatifs, le malade va suivre le cursus normal des soins. Soit il reste au centre soit il est référé à l’hôpital général selon la gravité de son cas », a-t-il expliqué.

Le médecin chef de zone a rassuré que les mesures d’hygiène seront strictement respectées dans ce centre de transit intégré ainsi qu’à la maternité afin d’éviter des cas de contamination.

« Toutes les mesures d’hygiène et d’asepsie seront respectées. Une équipe de médecins, d’infirmiers, de techniciens de surface et de techniciens de laboratoire y seront déployés pour effectuer les prélèvements et acheminer les échantillons au laboratoire de l’INRB (Institut Nationale de Recherche Biomédical) pour infirmer ou confirmer #Ebola. Et ça va nous aider vraiment à voir le bout du tunnel et #Ebola pourra être contré avec la participation de la communauté », a garanti le Dr Michel Tosalisana.

Pour les habitants de cette aire de santé, c’est un grand soulagement. Les femmes enceintes n’iront plus à #Magango, à plus de quatre kilomètres, pour accoucher. Ils demandent à la communauté de s’orienter dans ce centre pour des soins appropriés en cas des malaises.

« Nous avons trouvé une maternité ici et un centre de santé chez nous. Les femmes ne doivent plus aller à #Magango. Nous devons tous nous faire soigner ici. Nous sommes contentes. Si tu as un malade à la maison, inutile de le cacher. On nous a disponibilisé de bons médecins. Il faut conduire les malades dans cette nouvelle structure », a réagi une habitante de #Bundji.

Notons que l’aire de santé de #Bundji a enregistré des cas de la maladie à virus #Ebola ces dernières semaines. Elle reçoit également des déplacés qui viennent de #Mangina, #Mabalako, #Cantine et environs qui fuient l’insécurité.

Share This Story !