Dans la zone de santé de #Butembo, la communauté veut comprendre l’importance de « décontamination », une action effectuée par les équipes de la riposte lorsqu’un malade confirmé d’#Ebola est confirmé positif au virus Ebola dans un endroit donné. KomaEbola a posé la question à Jules César Kamavu, président intérimaire de la sous-commission prévention et contrôle des infections (PCI).

« Il y a beaucoup de liquides corporels lorsqu’on commence avec la maladie, et cela peut avoir des effets secondaires sur la famille et l’entourage, par rapport à son environnement. C’est pourquoi on est tenu de décontaminer la maison et l’entourage et partout où le malade est passé», a expliqué Jules César Kamavu.

Selon lui, cette opération se fait parce qu’« on suppose que l’entourage est plus exposé parce qu’il y a des gouttelettes qui se sont jetées partout, soit dans sa chambre à coucher ou dans le matelas. Automatiquement, on doit décontaminer voire brûler le matelas en vue d’écarter le danger », a-t-il ajouté.

Le président intérimaire de la commission prévention et contrôle des infections Jules César Kamavu, a conclu son intervention en demandant à la communauté d’accepter la décontamination parce qu’elle réduit les risques de contamination au virus #Ebola.

« Le message que j’ai à l’endroit de la communauté est d’accepter la décontamination parce qu’elle nous met à l’écart de tout danger lié au virus ; parce que le virus doit être éliminé grâce à cette action. Lorsque quelqu’un meurt, on ne sait pas de quoi il souffrait exactement. Il est prudent que la communauté se mette à l’écarter de la dépouille et alerter les équipes de la riposte les plus proche », a -t-il conseillé.

Share This Story !