Dans la réponse à la maladie à virus #Ebola à l’Est de la République démocratique du Congo, beaucoup de femmes ont fait preuve d’engagement et de détermination. A la sous-coordination de la riposte de #Beni par exemple, l’on peut citer le cas du Dr Bibiche Matadi, médecin épidémiologiste de terrain engagée dès le début de l’épidémie. A l’heure où l’épidémie est en voie de disparition, #KomaEbola dresse son portrait.

Le Dr Bibiche Matadi est une combattante de la première heure. Alors que l’épidémie venait d’être déclarée le 1er août 2018 à #Mangina, elle y a été déployée seulement deux jours plus tard de #Kinshasa, pour participer à la riposte. Lorsqu’on lui pose la question sur sa motivation, elle répond que c’est tout simplement la mission d’un médecin : sauver des vies.

« Dans le serment du médecin, le médecin est appelé à sauver des vies. Homme ou femme, le médecin n’a pas de sexe. Il est appelé à sauver des vies et de surcroit épidémiologiste de terrain, nous sommes censés intervenir partout où il y a de problèmes de santé pour apporter la vie à la communauté, pour résoudre les problèmes de la communauté », explique-t-elle.

Superviseur des aires de santé puis présidente de la sous-commission surveillance de #Beni, l’un des paliers les plus essentiels de la riposte, le Dr Matadi est l’une des rares femmes dans la riposte à occuper un poste de responsabilité parmi beaucoup d’hommes. Pour elle, ce défi est une source de motivation pour montrer les capacités de la femme.

« D’abord le fait d’être une femme parmi des hommes, c’est déjà la première difficulté à surmonter. Parce que le plus souvent, certaines personnes ne font pas confiance. Et chaque femme qui travaille parmi des hommes est obligée de travailler deux fois parce qu’elle doit toujours prouver de quoi elle est capable. Chaque jour, on doit travailler doublement pour être à la hauteur, on doit faire de ton mieux pour réussir », confie le Dr Bibiche.

Mariée et mère de deux enfants, le Dr Bibiche Matadi vit loin de sa famille depuis le début de l’épidémie. Il faut donc profiter des petits congés pour jouer son rôle de mère auprès de ses deux filles. « Ce n’est pas facile, chaque fois qu’on nous donne des congés, on en profite pour être le maximum de maman à la maison, pour être plus proche des enfants ; abandonner les ordinateurs et des téléphones et enfin s’occuper des jupes, des polos en bref s’occuper des enfants », raconte-t-elle.

Pour finir, elle appelle les femmes et les filles à avoir confiance en elle et travaillant sans cesse pour que l’égalité homme-femme ne soit pas ‘’un simple slogan’’.

« Je dirais à nos mamans, à nos filles d’aujourd’hui de se concentrer vraiment dans le travail, se faire confiance. Aux filles de se faire d’abord confiance, de faire un effort pour mériter chaque poste qui est confié, que chaque poste confié soit par rapport aux capacités intellectuelles et non par compassion. Et c’est là où je dis que l’égalité homme-femme ce n’est pas un simple slogan, mais ça se mérite ».

En ce qui concerne la maladie à virus #Ebola, le Dr Bibiche Matadi appelle à plus d’implication des femmes pour mettre fin définitivement à cette épidémie.

Share This Story !