Dr Mutsunga : l’objectif au CTE est de sauver des vies, c’est pourquoi il y a plus 1000 guérie d’Ebola

Après plus d’une année d’épidémie d’#Ebola au Nord-Kivu et en Ituri, les rumeurs existent toujours sur la prise en charge médicale des personnes atteintes de ce virus. Il Beni, il circule une rumeur selon laquelle il existerait « un comprimé de couleur bleue » que le personnel soignant utiliserait pour donner la mort aux patients au centre de traitement #Ebola… KomaEbola a rencontré des survivants d’Ebola pour donner leur version des faits.

Kahindo Esther, une guérie d’#Ebola traité au CTE de #Beni, dit ne pas avoir eu connaissance de ce comprimé de couleur bleus lors de son séjour au CTE. Kavugho Sivirwa, une autre survivante fustige les personnes qui créent des rumeurs et entretiennent la résistance dans la communauté. « Je ne comprends pas si les gens s’informent à travers quel canal », s’interroge-t-il avant de continuer.

« Je sais que vous êtes en train de véhiculer ce message pour créer des résistances liées à l’acheminement de malades au CTE. Vous voulez seulement voir les gens mourir, il faut vous imprégner du traitement au CTE. S’il s’agissait d’un mouroir, personne ne sortirait guérie. Ne voyez-vous pas ceux qui guérissent ? », a lancé Kavugho Sivirwa.

Pour le docteur Maurice Mutsunga médecin traitant au CTE de #Beni, les médecins administrent les médicaments aux malades selon son état. Il précise que la gamme de médicaments contient des comprimés de différentes couleurs et le personnel soignant poursuit un seul objectif, celui de sauver des vies.

« Le traitement des malades au CTE dépend d’un malade à un autre. Si quelqu’un a la fièvre, nous lui donnons du paracétamol. Si elle a la diarrhée, nous lui donnons des liquides. S’il est faible, nous lui administrons le médicament pouvant donner l’appétit. En bref, nous utilisons de traitement spécifique et symptomatique », a expliqué le Dr Maurice Mutsunga, lui-même un survivant d’Ebola.

« L’objectif de tous les médecins au CTE est de sauver les maladies. C’est pour cette raison qu’il y a plus de milles guéris. Dire qu’un médecin ou un infirmier va administrer des médicaments des couleurs bleu, rouge ou verte pour tuer les malades, ça ne s’est jamais fait. Bien sûr, les médicaments ont plusieurs couleurs », a conclu le Dr Maurice Mutsunga.

Share This Story !