Pourquoi ne pas déclarer la fin de l’épidémie dans les zones qui ont déjà totalisé plus de 42 jours sans notifier de nouveau cas d’#Ebola ? La question est sur toutes les lèvres.  Au cours de la conférence de presse tenue ce mercredi à #Goma, le Prof. Jean Jacques Muyembe, responsable de la riposte a répondu à cette question.

Dans l’évolution de la réponse à la maladie à virus #Ebola, plusieurs zones de santé affectées ont déjà dépassé 42 jours sans notifier de nouveau cas de contamination. Pour la population, l’on devrait purement et simplement déclarer la fin de l’épidémie dans ces zones-là. A #Goma par exemple, on totalise plus de 200 jours sans cas. Le Prof. Jean Jacques Muyembe est aussi du même avis, mais il faut suivre les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Pour l’OMS, quand on dit #Ebola en RDC, on croit que c’est toute la RDC qui est atteinte.  Donc pour eux, ce n’est pas seulement #Goma qui se trouve à 2 000 Km de #Kinshasa, c’est tout le pays, c’est comme ça qu’on se comporte. Moi-même j’avais proposé ça, j’avais dit comme au Sud-Kivu il n’y a plus de cas depuis plusieurs mois, pourquoi ne pas déclarer la fin, faire donc des déclarations partielles ; mais l’OMS ne veut pas ça, elle veut une déclaration globale », a expliqué le Prof. Muyembe.

Mais avant cette déclaration, le secrétariat technique de la riposte veut un transfert de compétences aux personnels de santé locaux. Car le Prof. Muyembe n’exclut pas l’éventualité d’une 11 épidémie d’#Ebola en RDC, même s’il ne sait pas quand et où cela va arriver.

« Ce que nous voulons aussi avant la fin de cette épidémie, c’est de transférer des compétences aux DPS, c’est-à-dire au personnel local pour que ce personnel soit capable de détecter rapidement, si jamais il y avait une 11ème épidémie », a-t-il dit.

« Nous savons que cette 11ème épidémie aura lieu parce que le virus continue à circuler dans nos forêts et dans nos savanes. Mais nous ne savons pas om cette épidémie va survenir et quand elle va survenir. Donc nous devons être vigilants », a-t-il prévenu.

Pour le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, il faut rester vigilance, respecter les recommandations des agents de santé dans le domaine de la prévention pour ne pas retourner à la case départ.

Share This Story !