Avec le déchargement des derniers cas contacts d’#Ebola hier à #Beni, on peut dire que l’épidémie est totalement sous contrôle et qu’on tend vers la fin. Ce sont-là les propos du Prof. Jean Jacques Muyembe, secrétaire technique du comité multisectoriel de lutte contre #Ebola. C’était ce mercredi à #Goma, lors d’une conférence de presse conjointe avec le gouverneur du du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita.

Pour le numéro de la riposte, même si l’épidémie n’est pas totalement finie, l’espoir est désormais permis, car l’épidémie est en phase d’être endiguée. Il faut juste rester vigilant pour ne pas retourner à la case départ. « Aujourd’hui, nous arrivons vers la fin de l’épidémie. C’est-à-dire que l’épidémie est entièrement sous contrôle. (…) Nous espérons bien qu’aux environs du 12 avril, nous allons déclarer donc la fin de l’épidémie », a-t-il déclaré.

Les journalistes présents dans la salle ne se sont pas empêchés de poser des questions sur l’actualité brulante du moment : l’épidémie du coronavirus qui gagne le monde jour après jour. Surtout qu’un premier cas confirmé a été notifié ce mardi à Kinshasa. Pour le Prof. Muyembe, la pratique des règles d’hygiène promues dans le cadre de la prévention d’#Ebola peut aider à « minimiser les risques » de contamination au Coronavirus.

Toutefois, à cause de la faiblesse du système de santé congolais, la situation serait compliquée à gérer si la maladie se propageait dans le pays. « Si ce virus vient chez nous en Afrique en général et en RDC en particulier où le système de santé est très faible, où les hôpitaux sont mal équipés, nous aurons certainement le taux de mortalité qui envoisinera le 10 % », a prévenu le Prof Muyembe.

Car selon lui, avec le coronavirus il y aura des problèmes respiratoires à réanimer alors que les la plupart de nos hôpitaux n’en n’ont pas la capacité.

Le Gouverneur de la Province du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita a pour sa part rassurée que des dispositions sont déjà prises au niveau du gouvernement provincial pour protéger la population contre cette nouvelle épidémie.

« Quand la maladie avait été déclarée en Chine, notre ministre de la santé a pris des mesures pour que les équipes qui sont d’abord à l’aéroport de #Goma prennent des informations utiles ; mais aussi qu’elles soient conséquentes pour être en mesure de détecter les cas de coronavirus. Nous avons des dispositifs à #Goma en fonction d’abord de la maladie #Ebola et nous allons continuer à équiper les laboratoires que nous avons pour que nous soyons en mesure de détecter les cas de coronavirus », a assuré le Gouverneur.

A la question de savoir pourquoi la fin d’#Ebola n’est pas déclarée dans les zones qui n’ont notifié de cas depuis plusieurs mois, Le Prof. Jean Muyembe a répondu que « c’est une question de solidarité », mais aussi une exigence de l’Organisation mondiale de la santé qui souhaite une déclaration globale.

Share This Story !