Ce vendredi 15 mai c’est la journée internationale de la famille. Une journée célébrée pendant que la plupart des familles sont affectées par l’épidémie de #Coronavirus. A #Goma par exemple où beaucoup de personnes vivent de petits métiers, comme dans la plupart des villes du pays d’ailleurs, il est difficile pour certains parents de nourrir leur famille à cause de la paralysie des activités pour cause de coronavirus.

Au quartier de Ndosho, au Nord-Ouest de la ville de #Goma. Dans cette famille de trois enfants, le père a du mal à veiller sur ses enfants qui ne partent plus à l’école à cause du #Coronavirus et présentent plus de besoins et « d’embêtements ». Vendeur d’articles divers, il se trouve coincé à la maison parce que tout tourne au ralenti à cause des mesures prises par le gouvernement pour barrer la route au COVID-19.

« Les enfants nous importunent beaucoup à la maison, c’est mieux que la reprise des cours soit effective. On ne s’entend plus avec eux, parce qu’ils se promènent comme ils veulent. Les enseignants nous aidaient énormément en les gardant à l’école, ils passaient de longues journées avec eux et nous, on se reposait à la maison », déclare ce père de famille de Ndosho.

Cet autre chef de ménage, maçon celui-là, avoue traverser une période difficile. C’est un véritable casse-tête pour lui de subvenir au besoin de base de sa famille. « Le #Coronavirus m’a mis en difficulté personnellement comme parents. Je suis en famille et quand il y a la famine on manque à quel saint se vouer », se plaint-il.

Mais rester à la maison n’est pas seulement une mauvaise chose. En dépit des conséquences fâcheuses, il y a aussi de quoi s’en réjouir. C’est le cas de cette femme qui pense que la situation créée par le #Coronavirus a renforcé l’unité et la cohésion dans sa famille. Tout cela dans le respect des mesures barrières pour protéger ses enfants contre Ebola et Coronavirus.

« Le coronavirus nous a aidé, nos maris rentrent tôt à la maison et nous en profitons pour éduquer les enfants, nous planifions la vie ensemble comme il se doit », affirme-t-elle avant de poursuivre.

« Nous apprenons aux enfants à se laver régulièrement les mains et à être propres, nous demandons aux autres parents de faire la même chose pour se protéger du coronavirus. Qu’ils conseillent également à leurs enfants de ne pas faire des sorties inutiles car avec cette maladie on est plus exposé si on fait des sorties moins importantes », ajoute-t-elle.

Dans la province du #Nord-Kivu, la ville de #Goma a déjà enregistré des cas de #Coronavirus. La province compte au total huit cas dont Cinq guéris et les autres encore sous traitement. Comme l’ensemble du pays, la ville de #Goma est aussi paralysée à cause de l’état d’urgence sanitaire. Difficile donc pour les personnes qui vivent au taux du jour de joindre les deux bouts du mois.

Share This Story !