Le deuxième vaccin contre #Ebola ne présente pas d’effets secondaires graves (MSF).

Dans une interview accordée à #KomaEbola, le Dr Patient #Kighoma de Médecins sans Frontières (MSF) a expliqué que le second vaccin contre la maladie à virus #Ebola introduit récemment en RDC a déjà été administré dans 11 pays à travers le monde dont sept en Afrique, et ne présente pas jusqu’ici des effets secondaires graves.

« Ce vaccin a été utilisé dans sept pays en Afrique (Sierra Léonne, Burkina Faso, Tanzanie, Kenya, Côte d’Ivoire, Ouganda, entre autres). Et dans les pays où il a été administré, il n’y a pas eu beaucoup d’effets secondaires qui ont été rapportés. De manière générale, il y a eu des plaintes se rapportant aux maux de tête et de petite fièvre très passagers », a expliqué le Dr Kighoma.

A la question de savoir si les personnes qui ont reçu le premier vaccin peuvent encore bénéficier du second, il répond : « Si l’objectif reste de développer des anticorps, ils (les bénéficiaires) les ont déjà développés avec le premier vaccin. Donc il n’y a plus de raison de se faire vacciner à nouveau. Cependant, si la personne insiste, cela peut lui être administré ».

Il a aussi répondu aux questions des personnes qui se demandent si un second vaccin contre #Ebola était nécessaire alors que le premier a prouvé son efficacité. « En termes de santé publique, dit-il, c’est aussi une richesse d’avoir plusieurs produits pour une même maladie».

Pour lui, ce deuxième produit permet de compléter le premier qui se limitait aux contacts, aux contacts des contacts et aux personnes de première ligne de contacts. Ce caractère « sélectif » pouvait aussi créer des frustrations alors que le second va permettre une couverture plus large.

« Voilà pourquoi le gouvernement a choisi de trouver un autre vaccin en quantité suffisante et qui soit donné à titre préventif, c’est à dire le donner pas seulement aux contacts mais à toutes les personnes qui sont dans une zone à risque d’avoir la maladie. C’est pour cela, je pense que c’est une richesse aussi d’avoir les deux vaccins qui fonctionnent bien, pourquoi pas le troisième, pourquoi pas le cinquième ; si tous, nous donneront des résultats efficaces qui nous aideront à endiguer cette maladie.

Selon le communiqué du comité multisectoriel de la riposte à la maladie à virus Ebola, 724 personnes ont été vaccinées, jusqu’au mardi 26 novembre 2019, avec le vaccin Johnson & Johnson dans deux Aires de santé #Kahembe et #Majengo de #Goma.

Share This Story !