Les chefs coutumiers du territoire de Beni-Lubero, réunis au sein de l’Alliance nationale des chefs traditionnels du Nord-Kivu à #Butembo, demandent aux populations de « se désolidariser » des personnes qui minimisent la maladie à virus #Ebola.
« Nous demandons à nos populations de se désolidariser de toute personne qui est en train de minimiser la maladie à virus #Ebola, et de considérer qu’#Ebola existe réellement (…) », disent-ils dans un message adressé à la population et lu par l’un d’entre eux, Mwami Saha-Mbili Bamukoka.
Pour renchérir, ils citent les précédentes épidémies d’#Ebola que le pays a connues, notamment au #Bandundu et en #Equateur, mais aussi celle de l’Afrique de l’Ouest (Sierra Leone, Guinée et Libéria).
Ces autorités coutumières affirment avoir pris la parole compte tenu de « l’ampleur de la maladie à virus Ebola » qui « décime » les populations depuis plusieurs mois. Dans cette série de recommandations, ils prient les acteurs politiques, administratifs et religieux, entre autres, de ne pas « intoxiquer la population ».
La coordination de la riposte est également interpellée. Pour l’Alliance nationale des chefs traditionnels du Nord-Kivu, les équipes de la riposte doivent « chercher une approche qui va se marier avec les habitudes de nos populations, afin que l’on puisse les accepter sans beaucoup de heurts et que nous tous ensemble, puissions bouter dehors cette maladie qui a élu domicile dans notre contrée ».
Cette interpellation des chefs coutumiers du Nord-Kivu intervient au moment où la zone de santé de Katwa, à #Butembo, est citée comme le principal foyer de l’épidémie de la maladie à virus Ebola. Plusieurs nouveaux cas y sont enregistrés tous les jours

Share This Story !