Les autorités ougandaises ont fermé les pistes de frontière de #Kasindi dans le cadre de la surveillance de la maladie à virus #Ebola, a constaté ce mardi, le correspondant de #KomaEbola dans cette localité. Pour aller en Ouganda voisin, tout le monde doit désormais passer par la grande barrière et se soumettre aux contrôles des agents de santé.
Selon les informations collectées sur place, beaucoup de personnes utilisent ces pistes décrites comme des « frontières illégales » pour contourner la grande barrière installée dans la commune rurale de #Kasindi, à la frontière de la RDC et de l’Ouganda. Ces détours permettent donc d’échapper aux contrôles des agents des équipes de la riposte contre #Ebola.

Ce mardi 7 mai, jour du marché frontalier de #Kasindi par exemple, personne n’a traversé la frontière à travers les différentes pistes qui longent la rivière de #Lubiriha à la frontière naturelle entre l’#Ouganda et la RDC. Les Forces ougandaises de sécurité y ont été déployées.
Du coté congolais, raconte notre correspondant, l’on constate également plus de rigueur dans la surveillance. Le lavage des mains et le prélèvement de la température corporelle de chaque personne qui franchit la frontière ont été rendu obligatoires avec l’appui des agents de la Direction Générale de Migration (DGM).

Le Fonctionnaire délégué de la commune rurale de #Kasindi, Barthelemy Sivavuyirwa, annonce aussi une rencontre extraordinaire avec les services de sécurité exerçant aux différentes pistes frontalières et les agents locaux de la riposte contre #Ebola, afin d’étudier ensemble les mesures d’accompagnement prises par l’# Ouganda.

Selon les autorités ougandaises, le fait d’échapper au contrôle des agents de la riposte basés à la grande barrière constitue un risque dans le contexte de la maladie à virus #Ebola en RDC. L’Ouganda prend cette décision après l’enregistrement du premier cas d’Ebola à Kasindi le 29 avril dernier

Share This Story !