Après l’enregistrement du premier cas d’#Ebola à #Kasindi, une commune rurale située à la frontière Congolo-ougandaise, l’Ouganda a décidé de renforcer la surveillance et les mesures de prévention à la frontière.
Selon Monsieur Freud, coordonnateur ougandais de la riposte contre #Ebola à la frontière de #Kasindi, l’Ouganda vient de mettre en place « un système de dépistage électronique » au niveau de la barrière, dans le cadre de la surveillance et de la prévention de la maladie à virus #Ebola.
« Lorsque quelqu’un entre en Ouganda, nous l’obligeons à emprunter la grand-route pour se diriger vers la machine. Quand nous constatons que la personne a une forte température, nous procédons à son isolément. Et lorsque nous nous rendons compte qu’elle est malade, nous faisons appel à l’ambulance qui l’accompagne à #Bwera Hospital pour des soins », a déclaré le coordonnateur.
Il déplore, par contre, le comportement de certains citoyens congolais qui refusent de croire qu’#Ebola est une réalité. « Chaque jour et à maintes reprises ici, nous nous tiraillons avec certains Congolais ; ils disent qu’#Ebola n’existe pas. Mais nous insistons et leur disons que cette maladie dangereuse existe », a-t-il ajouté.
Le coordonnateur ougandais de la riposte à la frontière de #Kasindi appelle aussi à la collaboration de la RDC pour mettre fin à cette épidémie. « J’appelle les congolais à collaborer avec nous. Nous devons nous souder, car cette maladie existe et si on ne fait pas attention, elle peut décimer tout le monde », a ajouté M. Freud.
Selon le coordonnateur de la riposte à la frontière de l’Ouganda, des réflexions sur une éventuelles fermeture des pistes de frontalières sont en cours.
A titre de rappel, le premier cas d’#Ebola a été enregistré à #Kasindi le 29 avril dernier.

Share This Story !