Premier cas d’#Ebola à #Goma, quels commentaires

Ce dimanche 14 juillet, la ville de #Goma a enregistré son tout premier cas d’#Ebola confirmé depuis le début de l’épidémie. Une situation qui inquiète la population d’une part et crée des interprétations d’autre part. Les autorités, elles, appellent au calme.

L’information a été confirmée hier par le ministère de la santé à travers un communiqué. Et une partie de la population de #Goma s’inquiète et demande aux autorités de prendre leurs responsabilités pour contrôler rapidement la situation et protéger la population.

« Nous allons périr, que les autorités arrêtent le déplacement de la population de #Goma à #Butembo et vice-versa », estime un habitant de #Goma rencontré dans la rue. « Mon avis est que les dirigeants prennent les mesures qui s’imposent », lance un autre.

Face à cette inquiétude, le gouverneur de la Province du Nord-Kivu tient à rassurer la population. « J’appelle la population de la ville de #Goma et de ses environs à garder son calme et à continuer à faire confiance aux autorités politico-administratives et sanitaires qui ont pris toutes les mesures utiles pour protéger les zones non encore touchées », dit-il dans un communiqué rendu par son attaché de presse, Sibomana Kapitula.
Mais à peine déclaré, ce tout premier cas d’#Ebola notifié dans la capitale du Nord-Kivu suscite déjà des commentaires allant du sens de la résistance. Les uns nient simplement l’existence d’#Ebola tandis que les autres s’interrogent sur l’efficacité de la riposte.

« Cette maladie à virus #Ebola n’est qu’une invention des blancs », lance un jeune interrogé sur la question. « Ils ont de l’argent pour la riposte contre #Ebola à #Butembo et #Ebola arrive à #Goma (…). Qu’ils arrêtent de nous effrayer. S’ils travaillaient correctement, #Ebola n’allait pas arriver ici », conclut un autre citoyen de #Goma.
De son côté, le parlement des jeunes du Nord Kivu met en garde toute désinformation qui met en péril les vies des citoyens. Pour son président Johnson Ishara Butaragaza, il faut combattre #Ebola jusqu’au bout. « Quand on est en face d’une épidémie, il faut dire oui, l’épidémie est là et se mettre d’accord que nous devons éradiquer cette épidémie. Mais si on pense que quelqu’un va le faire à notre place, c’est donner l’occasion à la maladie de s’accroitre », a souligne-t-il.

Les personnes qui ont voyagé dans le même bus que le cas confirmé, ont été vaccinées ce Lundi 15 Juillet 2019 à Goma.

A propos de ce cas, le ministère de la santé explique qu’il s’agit d’un pasteur qui lors d’une mission d’évangélisation à #Butembo, a prêché dans sept églises en imposant les mains aux chrétiens, y compris des malades.
Selon le communiqué du ministère de la santé, il aurait été soigné à domicile par un infirmier jusqu’à son départ en bus pour #Goma le vendredi 12 juillet. Lors de son retour de #Butembo à #Goma, il a utilisé trois noms différents sur les trois points de contrôle. Pour le moment, le patient a été transféré à #Butembo pour suivre des soins.

 

Share This Story !