Un élève convalescent passe les épreuves de l’examen d’Etat au CTE de Beni

A #Beni, un élève de la 6ème année du secondaire et malade d’#Ebola passe les épreuves préliminaires de l’examen d’Etat (Baccalauréat) depuis le Centre de traitement #Ebola (CTE) ce mardi. Il s’appelle Claude Batoli, et malgré sa situation, il est confiant quant aux résultats de ces épreuves.

C’est une histoire passionnante que celle de Claude Batoli. Élève en 6ème année du secondaire, il est donc candidat à l’examen d’Etat. Mais voilà qu’il est atteint d’#Ebola et séjourne depuis deux semaines au CTE de #Beni. Et pourtant, il ne désespère pas. Ce mercredi, il a entamé les épreuves à l’intérieur même du CTE et se veut rassurant malgré les circonstances.

« Je me sens bien malgré l’absence de mes amis. Tout se passe bien. Je salue tous mes amis du groupe scolaire Waben Chirac de Latin-Philosophie et des autres options. Je suis confiant que j’aurai 55% », déclare Claude Batoli.

Les épreuves de l’examen d’Etat n’avaient pas encore eu lieu dans cette partie du pays. Les autorités avaient décidé d’un léger report à #Beni-ville et dans la sous-division d’#Oicha, dans le territoire de #Beni, à cause des problèmes de sécurité. Et c’est ce mardi que les épreuves ont été lancées.

Les conditions de ces examens sont très particulières pour Claude Batoli. Pour éviter tout risque, personne ne doit toucher à ses objets en attendant qu’il ne soit déclaré totalement guéri. Alors, à chaque épreuve, sa copie est photographiée par le surveillant à travers la vitre de la salle des convalescents où il est installé. Ce sont ces images capturées qui seront imprimées et corrigées.
Pour son grand-père, Moyabu Batoli, c’est un sentiment de joie de voir son petit-fils passer les examens même en état de convalescence.

« Depuis que cet enfant a été atteint d’#Ebola et interné ici aux CTE, nous n’espérions pas qu’il pouvait passer l’examen d’Etat. (…) Mais voilà, notre enfant a passé l’examen d’Etat. Nous familles, nous en sommes très fier », souligne-t-il.

Combattre la fatalité, c’est la seule motivation de cet élève du groupe scolaire de Waben Chirac. Claude Batoli pourrait donc être un bel exemple pour les autres patients d’#Ebola. Garder espoir jusqu’au bout.

Share This Story !