Un guéri d’Ebola ne constitue plus une menace pour son entourage

Les guéris d’#Ebola gardent leurs capacités physique et intellectuelle. Aujourd’hui, nombreux ceux qui travaillent dans les Centre de traitement pour sauver des vies et d’autres ont tout simplement repris leurs activités habituelles après leur guérison.

Après leur sortie du centre de traitement, les guéris d’#Ebola reprennent leur vie normale. C’est le cas de Mme Karafuli Josée qui vaque normalement à ses travaux ménagers et autres après sa guérison.

« Après qu’on soit sorti de l’hôpital pour telle ou telle maladie, dit-elle, on a toujours eu besoin de temps pour se remettre. Après ce temps, on reprend la forme. Je vais à la source, je fais tout comme avant. Je m’occupe de mon ancien boulot », raconte-t-elle.

KARAFULI Josée est une vendeuse de crédit de communication dans une cabane au bord de la route dans un quartier de #Beni. Mais à cause de la méfiance de la population qui lui faisait perdre des clients, elle s’est vue dans l’obligation de se trouver un employé.

Mais elle reconnait avoir fait l’objet d’un rejet de la part de son entourage qui la considérait toujours comme une menace. « Je me suis moi-même occupée de mon business après ma sortie du CTE. Mais il y a des gens qui me craignent. Ils pensent que je peux les contaminer. J’ai déjà engagé quelqu’un d’autre à cause de cela », explique-t-elle.

Malgré tout cela, « quand je voulais engager quelqu’un, il était soudainement intoxiqué par mon entourage. On disait au gens comment ils vont travailler pour moi alors que j’ai #Ebola et que j’ai un malade d’#Ebola au CTE. (…) Je leur ai dit de ne pas avoir cette mauvaise conception des vainqueurs d’#Ebola. Je ne suis pas une menace », dit-elle.

Pour le docteur Jeremie Katsavara, responsable du Centre de Transit de #Beni et médecin traitant au CTE, une fois libéré du CTE, le guéri d’#Ebola est apte aux différentes activités. Seulement, il doit suivre tous les conseils des médecins.

La vie continue après cette maladie. Les guéris d’#Ebola sont des citoyens normaux et devraient être considérés comme tel.

Share This Story !