Certains guéris d’#Ebola peuvent développer des problèmes de vue. C’est ce qui ressort d’un entretien avec le Dr Jean Claude Mwanza, un ophtalmologiste congolais vivant aux Etats-Unis. Pour aider les guéris d’#Ebola du Nord-Kivu et de l’Ituri à prévenir ce problème, il dirige un projet de dépistage des survivants de l’épidémie actuelle en RDC.
Selon le Dr Jean Claude Mwanza, cette initiative est née des observations et des leçons apprises lors de l’épidémie d’#Ebola en Afrique de l’Ouest (Guinée, Libéria Sierra Léone), de 2014 à 2016.
« Au cours de celle-ci, on a constaté qu’à peu près 20% des survivants d’#Ebola développaient une complication sous forme d’inflammation à l’intérieur de l’œil », explique-t-il. De même, un nombre important de survivants avaient une baisse sévère de la vision qui pouvait aller jusqu’à la perte de la vue.
Ainsi, l’activité en RDC se veut préventive. « En Afrique de l’Ouest, les survivants ont été suivis un an après », explique le Dr Mwanza. Mais en RDC, l’idée est de faire un dépistage précoce afin d’envisager une prise en charge rapide. « Nous nous sommes dit qu’il y a une opportunité au Congo de développer un système de dépistage pour voir les survivants le plus tôt », justifie-t-il.
Lors de la première mission de dépistage qui s’est déroulé à #Beni le mois dernier, environ 200 guéris d’#Ebola ont été dépistés. Selon les Dr Mwanza, ceux qui ont présenté des problèmes de vue sont moindres.
En effet, ce projet se réalise dans le cadre d’un partenariat entre le ministère congolais de la santé et de l’Universités Emory d’Atlanta et l’Université Caroline du Nord aux USA. En dehors du dépistage, une équipe de médecins congolais bénéficient d’un renforment de capacités pour poursuivre le travail à #Beni et à #Butembo où des équipements de dépistage devraient être installés pour poursuivre le travail.

Share This Story !