Quelle perception les conducteurs de taxis-motos ont-ils de la maladie à virus #Ebola ? Cette question a été discutée ce vendredi à #Beni dans une table-ronde organisée par l’ONG Internews en faveur des responsables des différentes associations de conducteurs de taxis-motos de #Beni.
Considérés comme hostiles à la riposte contre #Ebola, ces derniers se sont exprimés à cœur ouvert à ce sujet dans cette rencontre. Tout en niant toute participation à des actes de vandalisme à l’endroit des équipes engagées dans la réponse à #Ebola, ces conducteurs de taxis motos se disent prêts à participer à la lutte contre cette maladie.
Moïse Kivivia, superviseur de la Fédération Nationale des Petites et Moyennes Entreprises au Congo (FENAPEC) pense que ce sont des éléments incontrôlés qui participent à ces actes de violence.
« En tant que taximen, nous avons la discipline. Dans la société, il y a des brebis galeuses. Ce sont peut-être ces quelques personnes qui se sont illustrées dans la résistance », se défend-il avant d’ajouter : « Tel que nous avons été informés ici, nous pensons qu’il n’y aura plus de résistance. Nous allons renforcer davantage la sensibilisation », promet-il.
Mais pour Noel Makasi, membre de l’ATAMOV (Association des Taxi Moto et Voiture), les équipes de la riposte contre #Ebola devraient être plus claires et polies dans leurs interventions.
« Notre recommandation est que les équipes de riposte soient véridiques. Parce que, quelquefois, lorsqu’on amène une personne à l’hôpital aujourd’hui, après on va vous dire qu’elle est morte à cause d’#Ebola. C’est ce qui nous dérange souvent. Nous voulons vraiment savoir combien de temps ça prend pourqu’ #Ebola tue. », indique-t-il.
Au quartier de #Kalinda à #Beni, une équipe de vaccinateurs a été attaquée par des jeunes. Un véhicule a été brûlé. Cet acte a été attribué à des jeunes de cette partie de la ville notamment, des conducteurs de taxis-motos.
En organisant cette rencontre, Internews voulait offrir un espace d’information et d’échange à cette frange de la population citée régulièrement dans les actes de violences contre les acteurs de la riposte en vue de susciter chez eux un changement de comportement.

Share This Story !