Ce mardi 24 mars 2020, le Président de la République Démocratique du Congo (RDC), Felix Tshisekedi, a décrété l’état d’urgence sur toute l’étendue du territoire national. Il a par la même occasion, pris des mesures additionnelles pour combattre la pandémie du Coronavirus dans le pays et a instruit la police nationale et l’armée pour veiller au respect de ces mesures.

Ces nouvelles mesures sont par exemple « l’interdiction de tous les voyages de Kinshasa vers les Provinces et des Provinces vers Kinshasa, afin de permettre le confinement de la Ville de Kinshasa, foyer de la pandémie. L’interdiction de tous les vols des passagers dans les deux sens Kinshasa – Provinces, à l’exception des avions transportant du fret et dont les équipages seront soumis à un contrôle d’usage strict au départ comme à l’arrivée ».

Il s’agit aussi de « l’interdiction de tous les mouvements migratoires, par les transports en commun, des bus, camions et autres véhicules de l’intérieur vers Kinshasa et de Kinshasa vers l’intérieur. Des barrières doivent être érigées par les Gouverneurs, et les équipages devront se soumettre au contrôle de rigueur en matière du Coronavirus ; l’interdiction des tous les transports fluviaux des passagers de Kinshasa vers les Provinces et vice-versa. Seuls les bateaux et les embarcations transportant les marchandises avec équipages et convoyeurs seront autorisés ».En fin, « la fermeture de toutes les frontières du pays aux passagers et à toute personne, sauf pour les camions, navires, avions cargos avec fret ».

Pour s’assurer du respect de ces mesures, le Chef de l’Etat a réquisitionné la Police Nationale et les Forces armées pour organiser des patrouilles pour faire respecter le décret. Ces mesures d’urgence interdisent tous les rassemblements publics dans la capitale Kinshasa, et suivant l’évolution de la situation les forces de sécurité pourront passer à la vitesse supérieure.

Il y a tout juste une semaine, Felix Tshisekedi décrétait déjà « l’interdiction de tous rassemblements, réunions, célébrations, de plus de 20 personnes sur les lieux publics en dehors du domicile familial ; la fermeture des écoles, des universités, des instituts supérieurs officiels et privés sur l’ensemble du territoire national à partir du 19 mars 2020 pour une durée de 4 semaines ».

Mais aussi la « suspension de tous les cultes pour une période de 4 semaines à compter à partir du 19 mars 2020 ; la suspension des activités sportives dans les stades et autres lieux de regroupement sportif jusqu’à nouvel ordre », ainsi que « l’interdiction, jusqu’à nouvel ordre, de l’ouverture des discothèques, bars, cafés, terrasses et restaurants ; de l’organisation des deuils dans les salles et les domiciles. Les dépouilles mortelles seront conduites directement de la morgue jusqu’au lieu d’inhumation et en nombre restreint d’accompagnateurs ».

Dans sa toute première conférence de presse ce mardi à Kinshasa, le secrétaire technique de la riposte cintre le COVID-19, le Prof. Jean Jacques Muyembe a annoncé que depuis le début de l’épidémie le déclarée le 10 mars en RDC, 45 cas confirmés ont été notifiés dont trois décès. La tranche d’âge la plus touchée est de 31 et 50 ans avec un pourcentage de 76% d’hommes et 12% pour les femmes.

Share This Story !