A #Mighobwe, dans la zone de santé de #Kayna, une centaine de contacts d’un cas confirmé d’#Ebola ont reçu ce weekend, le vaccin contre ce virus. Mais certaines contacts clé ne se sont pas présenté. La coordination de la riposte et la société civile regrettent cette situation et appelle tous les contacts à se faire vacciner.
« Le vaccin est un moyen de prévention qui permet aux gens de se protéger contre la maladie. Donc tout le monde qui se reconnaît avoir été au deuil, avoir été en contact avec le cas, l’avoir visité, avoir partagé avec lui, dormis avec lui doit venir vite pour se faire vacciner, nous allons l’accueillir pour qu’on arrêter la chaîne de transmission », a lancé le Dr André Yani, chef d’équipe adjoint chargé de la prévention contre #Ebola.
Le Président de la Société civile de #Mighobwe, Muhindo Tafutezni qui vient lui aussi de se faire vacciner déplore l’absence de ces contacts. « Que ces contacts viennent voir les agents de la riposte pour se faire vacciner » a-t-il déclaré. Pour lui, il faut que la population comprenne qu’#Ebola la maladie existe.
En effet, la semaine dernière, la localité de de #Mighobwe enregistrait son tour premier cas confirmé d’Ebola. C’est ainsi que dans le cadre de la prévention, les équipes de la riposte contre la maladie à virus #Ebola ont procédé aux activités de routines de prévention.
Toutefois, quelques femmes qui auraient manipulé le corps de la victime ne se sont pas présentées pour se faire vacciner. Pour la riposte, ce comportement est un risque pour la population.
A noter parmi les personnes vaccinées ce vendredi, il y a un Major des Forces armées de la Répubibilque démocratique du Congo (FARDC) venu volontairement se faire vacciner

Share This Story !