Ebola : La société civile s’inquiète du déplacement de la population à cause de l’insécurité

A #Butembo, la société civile se dit inquiète du mouvement des populations créé par la situation sécuritaire. Le Vice-président de la société civile du Nord-Kivu, Edgar Mateso, craint que cette mobilité des personnes qui viennent des zones affectées par #Ebola puisse constituer un risque pour les habitants de #Butembo.

« Avec toute cette mobilité de la population, il y a risque que des contacts à haut risque puissent fuir dans notre région et venir continuer à contaminer les membres de la communauté. C’est ce qui nous crée un peu de peur parce que si jamais ces contacts revenaient à #Butembo, #Beni ou à #Lubero et qu’ils commencent encore à développer des signes de cette maladie, nous risquerons encore de retourner à la case départ et connaître beaucoup de victimes de cette maladie », a noté le vice-président de la société civile Edgar Mateso.

Pour lui, les membres de la communauté doivent être très prudents. « S’il y ‘avait parmi ceux qui arrivent quelqu’un qui a des malaises, il faut qu’on signale directement aux autorités sanitaires, aux relais communautaires et aux infirmiers titulaires ou simplement qu’on l’oriente vers des structures sanitaires qui pourront évaluer son état de santé », a-t-il.

Edgar Mateso a aussi félicité les équipes de la réponse qui font beaucoup d’efforts dans un contexte difficile. « Je sais qu’elles (les équipes) traversent des périodes très difficiles depuis le début de l’épidémie et à l’heure actuelle, les équipes de la riposte doivent redoubler leur travail, leurs efforts jusqu’à ce que cette épidémie soit complètement éradiquée pour que la population commence à reprendre sa vie normale. Donc la lutte continue, on ne doit pas lâcher », a conclu le vice-président.

Depuis quelques jours, la situation sécuritaire s’est sensiblement dégradée dans le Grand-Nord. Des civils sont tués par des hommes armés. Des manifestions sont organisées partout par la population. Centaines personnes fuient leur village pour trouver refuge dans les centres urbains. C’est cette situation qui préoccupe la société civile. Avec cette inquiétude, Edgar Mateso prie les habitants de #Butembo et ses environs de collaborer avec les équipes de la réponse à #Ebola pour parer à toute éventualité.

Share This Story !