Ebola : La sous-coordination de Beni demande « un couloir de travail » pour continuer ses activités

Depuis ce mercredi, les activités de la réponse à la maladie à virus #Ebola sont paralysées dans la ville de #Beni. Les routes sont barricadées par des jeunes qui protestent contre les multiples incursions des groupes armés qui font des victimes dans la population. Cette situation inquiète le Dr Bibiche Matadi, présidente de la sous-commission de la surveillance et coordonnatrice de la réponse à l’intérim à #Beni. Elle souhaite « un couloir de travail » pour permettre de mener les activités.

« Nous demandons si on peut nous accorder un couloir de travail pour nous permettre de suivre les contacts correctement, mener la recherche active et même pour que nos ambulances prennent des personnes malades qui alertent d’elles-mêmes et aller sauver des vies », a suggéré le Dr Bibiche Matadi.

Dans un entretien accordé à #KomaEbola ce jeudi, le Dr Bibiche Matadi explique que ces derniers jours, il y avait des contacts listés, des ménages en attente de décontamination, des contacts à vacciner. Mais toutes ces activités essentielles ne peuvent être menées. « C’est une situation qui nous met mal à l’aise car à chaque fois que nous connaissons des avancées dans la lutte contre la maladie à virus #Ebola, il y a toujours des évènements malheureux qui nous font reculer », a-t-elle déploré.

Plus grave encore, « nous avons des contacts actifs, nous avons des contacts à haut risque qui doivent être suivis chaque jour et de façon biquotidienne. Malheureusement la situation sécuritaire ne nous le permet pas. Nous avons des malades au niveau sanitaire, nous avons même des alertes au niveau de la communauté, mais nos ambulances ne peuvent pas circuler pour aller répondre à l’appel au secours de la communauté », a-t-elle ajouté.

« Imaginons aujourd’hui qu’un contact à haut risque qui a des signes d’#Ebola, se mêle à tous les manifestants, il va contaminer et mettre les manifestants à risque », s’est-elle inquiétée.

Depuis quelques semaines, l’on assiste à des incursions des groupes armés aux alentours de #Beni faisant des morts et des déplacés. Ce mercredi, les jeunes de #Beni ont donc déclaré deux jours de ville morte pour exprimer leur mécontentement face à cette situation d’insécurité. Mais cette manifestation entrave les activités de réponse à la maladie à virus #Ebola.

Share This Story !