Quelle est l’importance du sac mortuaire dans les enterrements dignes et sécurisés (EDS) en cette période d’épidémie d’#Ebola ? Dans la riposte contre #Ebola, beaucoup de communautés n’acceptent pas que l’on utilise cet outil et en donnent diverses interprétations.
« Le sac mortuaire sert à sécuriser le corps pour que les liquides biologiques, les sécrétions qui quittent le corps ne puissent pas être source de contamination pour son entourage et sa famille », explique le Dr Mundama Witende, président de la commission prévention et contrôle des infections à la coordination de la riposte de #Butembo.
Dans la prévention de la maladie à virus #Ebola, l’on exige un enterrement digne et sécurisé (EDS) pour tous les décès. Lors de ces EDS, les corps sont mis dans un sac mortuaire avant de le poser dans un cercueil. Une pratique inhabituelle qui frustre certaines communautés.
Pour lui, la population ne devrait pas avoir peur des sacs mortuaires car son rôle est plutôt de protéger la famille. « Le cadavre de quelqu’un qui est mort d’#Ebola peut contaminer beaucoup de personnes et les personnes contaminées peuvent mourir rapidement (…). Comme le cadavre est très contagieux, il est recommandé que le corps soit enterré dans les huit heures qui suivent le décès ».
Le Dr Mundama Witende précise aussi que « le sac mortuaire est un outil qui termine la sécurisation maximale d’un corps. (…). Parce que le cadavre peut transmettre beaucoup de maladies, pas seulement Ebola. Cela fait que chaque dépouille mortelle devrait bénéficier d’un enterrement digne et sécurisé ».
De leur côté, quelques habitants de #Beni qui ont assisté à un enterrement digne et sécurisé pensent que les équipes des EDS doivent sensibiliser la population davantage pour l’acceptation de cette pratique

Share This Story !